Interview de Maxime De Leenheer

Comment expliquer cette défaite contre Anderlecht SCB ?

Je ne comprends toujours pas ! Anderlecht SCB était pourtant une équipe à notre portée – elle est également un concurrent direct pour le maintien ou la descente. C’est incroyable ce qui nous est arrivé ! Nous menions par 3 goals d’écart ! Je me demande toujours comment a-t-on fait pour être battu au final par 4 à 3 ! Tout allait bien et en un coup nous nous sommes effondrés. Subitement nous avons commencé à perdre tous les duels, nous n’arrivions plus à construire notre jeu. Nous avons joué pendant 60 min totalement hors sujet. Nous devons retravailler le sujet pour que cela n’arrive plus. Heureusement le moral de l’équipe est fort. Nous avons été touchés, mais notre volonté reste ferme. Nous devons nous reprendre et prendre notre revanche lors de la prochaine rencontre. Nous continuons à viser les 35 points, le milieu du classement et bien sûr le maintien.

Gardien de la P2, mais aussi de la D3, comment vit-on cela ?

Je le vis comme une belle histoire. La P2 est un fabuleux tremplin pour tous les jeunes comme moi. Néanmoins, il y a une énorme différence entre jouer en provincial et en national. Tout va beaucoup plus vite. La moindre erreur en D3 se paye cash. Pouvoir s’entraîner avec des joueurs qui n’hésitent pas de tirer et qui cadrent la plupart du temps, c’est un bel apprentissage et une grande chance pour moi.

Comment es-tu devenu gardien ?

Mon coach en U7 m’a mis un jour au goal, je n’en suis jamais sorti. Depuis lors j’ai évidemment grandi et évolué. Je continue à adorer mon poste. J’essaie chaque semaine de m’illustrer et ainsi donner confiance à mes défenseurs et in fine à toute l’équipe.

Comment gérer le T2 de notre D3 ?
C’est vrai, c’est une personne spéciale puisque c’est mon père! Mais sur le terrain c’est un coach comme tous les autres coaches de football. J’avoue que j’ai une légère pression supplémentaire quand je m’entraîne ou joue avec la D3 car je sais que de retour à la maison nous reparlerons du match, de l’entraînement. Mieux vaut donc être bon!

février 6, 2019