Interview de Maxime Duson

Maxime, peux-tu résumer ta carrière footballistique ?

J’ai débuté le football dans le club schaerbeekois de la RUSAS à l’âge de 7 ans. J’y suis resté jusqu’à l’âge de 14 ans avant d’aller rejoindre le White Star Woluwe dont l’équipe première évoluait en division 3. J’y ai évolué jusqu’à mes 19 ans avant de me blesser gravement à la cheville (déchirure du ligament). Commençant mes études universitaires à la même période, j’ai décidé de m’octroyer une saison de repos, m’évitant ainsi l’opération chirurgicale et me permettant de me consacrer entièrement à mes études. En manque de football, je décidai de reprendre l’année suivante en P1 avec le Crossing de Schaerbeek, évoluant notamment aux côtés de Geoffrey Mélange et Xavier Ngungu. Malheureusement, je ne jouerai que quelques mois, faute à une cheville encore trop fragile. Toujours passionné par le football, je décidai alors de reprendre le football en P3 avec le club de Kraainem. C’est l’année suivante que je finis par rejoindre le club de Stockel que je n’ai plus quitté.

Comment expliquer cette nouvelle défaite ?

Je pense que cette défaite reflète l’ensemble de ce que nous avons vécu cette saison. Bien que nous y mettions l’envie et les efforts nécessaires, un manque d’expérience et une importante malchance nous poursuit depuis le début de cette saison. La malchance se reflète notamment par un nombre important de blessés qui pour certains, ne sont toujours pas de retour de blessure, ainsi que par un important nombre d’occasions ratées devant le but. Le manque d’expérience se reflète quant à lui par le nombre de cartes jaunes/rouges que nous avons pris inutilement jusqu’ici, pénalisant le joueur lui-même mais aussi toute l’équipe (combien de matchs n’avons-nous pas fini à 10).

Quelle est l’ambiance dans le groupe de manière générale ?

Je pense que les joueurs et le staff arrivent à relativiser les choses. Même si nous nous trouvons actuellement dernier, nous savons que nous n’avons généralement pas à rougir de nos prestations. Nous connaissons nos qualités et nos défauts et travaillons en conséquence dans le but de progresser. Nous arrivons à maintenir une cohésion de groupe et une excellente ambiance, sur et en dehors du terrain, même si l’on peut remarquer tout de même une baisse de moral et d’implication à l’entrainement pour certains en cette fin de saison. Quoi qu’il en soit, l’ambiance de Stockel reste excellente, même si moins  festive au vu des défaites.

Comment vois-tu la fin de saison ?

Même s’il est mathématiquement encore possible de se sauver il ne faut pas se voiler la face, les chances sont particulièrement faibles (d’autant plus que nous avons toujours pas mal de blessés et de suspendus). Cela ne veut pas dire pour autant que nous allons lâcher quoi que ce soit et laisser le moindre point à nos adversaires, « s’ils les veulent, ils faudra qu’ils viennent les chercher ». Qui des « réalistes » ou des « rêveurs » aura le dernier mot, nous le saurons dans quelques semaines mais quoi qu’il en soit, la travail de la saison prochaine commence déjà maintenant, que nous nous retrouvions en P1 ou en D3.

Que penses-tu des prochaines rencontres ?

Nos prochains matchs contre Saint-Symphorien, Binche et Ostiches-Ath sont des matchs tout à fait à notre portée et devons donc nous concentrer sur eux. Les matchs suivants n’auront que peu d’intérêt si nous ne faisons pas de résultats lors de ces trois matchs. Nous ne sommes jamais loin de la victoire mais il nous manque toujours un petit quelque chose, je pense donc que c’est le moment de montrer que nous avons pu prendre de l’expérience tout au long de cette saison en D3 en remportant ces matchs.

mars 14, 2019