Interview de notre Directeur sportif

Notre Directeur sportif, Hamid El-Filahi, a organisé le mardi 17 décembre dernier un brainstorming avec les entraîneurs des Jeunes du club. C’est autour d’un repas et d’un bon verre que souvent les soucis trouvent une solution.

Quels étaient les buts de ce brainstorming ?

Nous avons lancé en début de saison une nouvelle vision de formation pour les Jeunes. Et comme tous nouveaux projets, il faut pouvoir analyser, évaluer et adapter l’approche. Il est évident que je n’ai pas attendu ce brainstorming pour affiner le projet et résoudre des problèmes urgents, mais ce dernier est important car il faut pouvoir entendre les critiques positives et négatives des personnes qui sont au contact permanent avec nos Jeunes. Nous avons de la chance d’avoir des entraîneurs diplômés, il faut pouvoir aussi profiter de leur savoir-faire, de leur connaissance des joueurs et de leur solution propre à un problème donné. Il est évident aussi que l’on n’entraîne pas un jeune U6 comme un U19. Et donc, la mi- saison était le moment idéal pour toutes et tous de nous mettre autour de la table et de discuter des problèmes récurrents, d’adapter l’approche dans l’une ou l’autre catégorie et de trouver des solutions adéquates.

Des problèmes ?

Le football, c’est l’école de la vie. On passe de la joie à la déception, de l’enthousiasme à désillusion et de la volonté à la “tête basse”. Nos entraîneurs sont là pour affronter et gérer ces excès. Et ils le font très bien. Bien sûr, chaque joueur est un cas particulier, mais à Stockel, il faut bien avouer qu’il est extrêmement rare de connaître un joueur qui ne soit pas correct et nous avons beaucoup de chance dans ce domaine là. Il n’est pas facile de gérer un pétage de plomb d’un joueur ou de le faire revenir sur Terre durant une période de réussite totale. Mais cela se gère, même si parfois il faut prendre des sanctions. Nos joueurs doivent comprendre et assimiler une discipline et c’est loin d’être facile pour eux. Et encore une fois je félicite nos entraîneurs qui, au quotidien, gèrent cela. A côté de cela, nos entraîneurs doivent également gérer respectueusement les parents qui parfois s’énervent ou montrent trop d’enthousiasme. Nous n’avons quasiment pas de vrais problèmes disciplinaires ou autres. Nos Jeunes sont très corrects et éduqués. Cela permet de progresser plus vite et d’une manière plus efficiente. Le football, c’est l’expression des émotions, il faut l’accepter, mais il faut l’encadrer aussi. Notre brainstorming nous a permis de détecter les joueurs plus sensibles. Ainsi, on pourra mieux les encadrer.

Une nouvelle vision ?

Rien de très révolutionnaire, mais plutôt, la création d’un fil rouge entre les U6 et les U19.  Le but de notre académie est de former le plus correctement nos Jeunes au football. Pour cela, ils doivent passer plusieurs niveaux de football tout en progressant techniquement, physiquement et intelligemment. Chaque jeune joueur progresse à son rythme et est aidé en cela par un entraîneur. Ainsi on passe du fun football, à la base du football, puis à un football de plus en plus poussé tactiquement et techniquement et enfin on les prépare à la transition vers l’équipe première.

La conclusion du brainstorming ?

Je dispose d’une équipe d’entraîneurs très efficiente, très professionnelle et remarquablement motivée. Nos échanges ont permis d’affiner notre manière de travailler et de régler quelques petits soucis.  On a ainsi découvert l’intérêt de plus en plus grand des grands clubs pour nos joueurs. Si d’un côté c’est très positif pour l’image du club, cela démontre surtout notre bon niveau de formation, la bonne qualité de nos entraîneurs; de l’autre, il faudra que l’on mette en place un système d’aide aux joueurs. Partir vers un grand club, c’est le rêve de beaucoup, mais le rêve se termine souvent en cauchemar et il faut éviter cela. Il faut préparer le joueur et son entourage au monde de l’élite. Un joueur doit pouvoir avoir une vie après le football.

Suivez-nous et
Flickr