Les « Stockel Girls » par Gloria

Je peux être fier de mes « Stockel Girls » ! Ce fut une première expérience en P2 et nous sommes parvenus à arracher dans les dernières journées (l’avant dernière) notre maintien.

L’équipe qui a débuté la saison était une équipe reconstituée de toute pièce. Nous avons dû faire face à un flot de plusieurs départs à l’issue de la saison précédente et nous avons dû « huiler » toutes les pièces.

Au début de la saison, l’effectif était très hétéroclite et comportait tant des joueuses débutantes au football – dont une jeune Girl en âge qui ne fut sélectionnée qu’une seule fois sur ses 14 apparition – des joueuses qui pratiquaient depuis 2-3 années qu’un nombre très faible de joueuses aguerries. 

En toute honnêteté, il faut admettre que nous manquions de maturité dans cette série où les contacts, les qualités techniques des adversaires mais aussi l’expérience de joueuses ayant évolué plus haut nous ont fait énormément souffrir. Souffrir mais aussi grandir !

Au fil de la saison, nous avons travaillé et encore travaillé pour pouvoir adapter notre jeu sur le plan technique et que les phases répétées lors des entraînements commencent à être assimilées par le groupe. je pense notamment à:
1 – comprendre ce que l’on attend de moi à tel ou tel poste
2 – l’utilisation du ballon
3 – que faire quand je n’ai pas le ballon
4 – défendre en équipe 
5 – utiliser son corps

La page n’était pas vierge, mais autant nous partions de loin, autant  le groupe s’est montré réceptif à ces concepts et a commencé à ennuyer ses adversaires.

C’est lors du second tour (matches retour), donc juste avant la trêve lors du derby face au White Star – et future championne – que j’ai commencé à parler aux filles d’ambition. Car de la qualité, elles en ont !

Auderghem, Jodoigne, Mont saint Guibert, Chastre et Boitsfort, toutes ces équipes terminent devant nous au classement et pourtant un spectateur neutre n’aurait pas pu dire que nous étions les moins bien classés dans ces duels mais le football est parfois cruel et nous avons payé pour l’apprendre!

Je ne compte pas le nombre de coachs adverses (parfois renforcés par des joueuses de P1) qui ont manifesté leur étonnement quand ils constataient les progrès des filles et l’incohérence de leur classement !

L’équipe a grandi mais si je devais émettre des regrets je dirais que la mayonnaise a mis du temps à prendre avec ce groupe que j’ai rejoint en cours de saison et aussi la période des examens, suivi par celle des départs en vacances qui ont freiné la progression d’un groupe qui méritait personnellement mieux.

Le futur ? Nous allons devoir capitaliser sur l’expérience inestimable de cette première saison pour partir sur une base plus élevée. Intégrer de nouvelles joueuses sera une nécessité car pour différentes raisons certaines nous quittent. Elles vont nous manquer mais vont aussi libérer de la place pour accueillir des joueuses qui croient au projet Stockel Girls.

Le potentiel des joueuses est énorme, je les considère comme des buvards et elles absorbent vite. C’était ma première expérience auprès d’une équipe féminine et je les remercie de m’avoir permis de grandir à leur côté.

Suivez-nous et "likez-nous:
Flickr